Médaille du Volontaire Combattant 1914-1918

Posté dans : Décoration | 0

La Médaille du Volontaire Combattant 1914-1918

Afin d’honorer d’un insigne spécial les citoyens belges ou étrangers, qui, de leur propre mouvement, sont venus, à l’heure du péril, contracter à l’armée belge un engagement de volontaire qui permettait de les employer à tout poste présentant un risque immédiat, et ont posé cet acte au cours de la guerre 1914-1918, dans la pédiode où il revêtait une réelle valeur de sacrifice, il sera créé par Arrêté Royal du 17 juin 1930 (M.B. du 16.06.1930), une médaille du Volontaire Combattant 1914-1918.

La médaille est en bronze patiné de 34,5mm de diamètre, surmontée d’un support lui donnant une forme ovale dont la hauteur totale est de 44mm.
L’avers de la médaille comporte en gros relief, la tête casquée de profil à gauche, avec haut col de l’uniforme, d’un combattant 1914-1918. En second plan, de profil à gauche et en relief normal, la tête d’un volontaire de 1830 coiffé de son bonnet. L’un et l’autre symboliseront les combattants volontaires. Derri§re le casque, sur le fil de la médaille, le nom du graveur : Eug. J. de Bremaecker. 1924.

Le support est cmoposé d’une couronne royale, au centre encadrée de branches de feuilles de laurier fruité. Un petit support perforé pour le passage de l’anneau et comportant un petit motif décoratif somme le tout.
Le revers de la médaille est bordé d’un listel et comporte une inscription en relief : partie supérieure : VOLONTARIIS, au ventre, horizontalement : 1914-1918 et à la partie inférieur : PATRIA MEMOR. Le support est lisse et le petit support perforé, comporte aussi le petit motif décoratif.

 

Le ruban moiré à 37,5mm de largeur, en bleu roi.

 

La Médaille du Volontaire Combattant 1914-1918, peut être décernée, sur proposition du Ministère de la Défense Nationale, aux volontaires de bonne conduite, qui se sont engagés au cours de la guerre et qui réunissent les conditions de présence à l’armée entre le 1er août 1914 et le 11 novembre 1918, à :

  • Ceux qui se sont engagés : avant l’âge de 40 ans et qui ont six mois de présence dans une unité combattante; après l’âge de 40 ans, et qui ont trois mois de présence dans une unité combattante; après l’âge de 50ans, qui ont un mois de présence dans une unité combattante. Cette dernière se justifiant par une présence dans n’importe quel type d’arme.
  • Ceux qui ont accompli deux années de services ; dans une unité de l’armée de campagne, à l’exclusion des unités cantonnées dans les camps retranchés de Dunkerque et Calais, des troupes et services de cimmunication et des troupes auxiliaires; dans une formation sanitaire stationnée en Belgique non envahie.
  • Ceux du Services des Renseignement Militaires en Belgique occupée; les troupes combattantes de l’armée colonioale et du corps expéditionnaire en Russie.
  • Ceux qui avaient rejoint l’armée sans y avoir été astreints par un ordre de rejoindre pour les miliciens de la classe 1914; les hommes et jeunes gens qui s’étaient évadés de Belgique occupée et qui avaient rejoint l’armée; des volontaires de guerre engagés avant l’âge de 18ans et qui n’avaient pas séjournée plus d’un an dans une unité de l’arrière avant de rejoindre le front et à la condition qu’ils aient participé à l’offensive libératrice; des volontaires belges du corps expéditionnaire canadien.
  • Ceux qui sont tombés au champs d’honneur; qui ont été blessés du fait de l’ennemi ou qui ont été évacués pour une forte affection contractée dans une unité combattante et qui ont été reconnus définitivement inaptes pour ces blessures ou ces affections par une commission de pensions; qui ont été faits prisonniers et qui fourniront la preuve irrécusable qu’ils ont usé de tous les moyens de défense mis à leur disposition avant de tomber entre les mains de l’ennemi; qui ont été forcés de passer en pays neutre après avoir livré combat près de la frontière et après avoir résisté jusqu’à la dernière extrémité.

La Médaille du Volontaire Combattant 1914-1918 a été décernée à titre posthume aux volontaires de guerre décédés. Dans ce cas, il pouvait y avoir application de la Loi du 1è mars 1920 (M.B. du 19.03.1920), relative au port des décorations pour les mères des militaires mort pour la Patrie, qui auront le droit de porter les décorations décernées à leurs fils. Dans ce cas, le ruban de la décoration sera surchargé, à lexclusion de tout autre insigne, d’une barrette en émail noir de 38mm de largeur de 4mm de hauteur, entourée d’un encadrement en argent d’un demi milimètre. Elle sera placée horizontalement à mi-hauteur du ruban (A.R. du 2& avril 1920 – M.B. du 21.05.1920)

 

Source : Distinctions Honorifiques de la Belgique 1830 – 1985 – André-Charles BORNE – Bruxelles 1985